Technique traditionnelle, la vendange manuelle bénéficie d’une image très positive. Idéologiquement, on a tendance à penser qu’elle est synonyme de qualité, parce que la machine ne peut remplacer la dextérité de l’homme. Pourtant l’homme est faillible…

En théorie donc la vendange manuelle apparaît comme la méthode la plus adéquate pour obtenir des vins de grande qualité.

Cependant, elle s’avère longue, fastidieuse et bien plus chère en termes de main d’œuvre nécessaire et de temps investi que la vendange mécanique. Bien moins flexible, elle peut se traduire par un manque de réactivité face à la bonne maturité des raisins qui doit être traité rapidement et demande un grand investissement humain. En effet, faire intervenir une équipe conséquente de vendangeurs implique bien plus d’organisation et le risque de devoir travailler alors même que la maturité optimale n’est pas encore atteinte.

Vendanges mécaniques, une réalité plus positive qu’il n’y parait.

Toujours perçu négativement ce dispositif a pourtant connu des progrès techniques considérables au fil des années. Comment marche-t-elle ? Il s’agit de machines munies de batteurs faisant tomber les grains sur un tapis mobile et éliminant les feuilles par un système de ventilation. Aujourd’hui, les machines permettent d’adapter la force du secouage et se montrent beaucoup plus sélectives ; égrappage par vibration, trieuse embarquée, érafloir-égréneur… Les vendangeuses mécaniques modernes incorporent plusieurs systèmes qui évitent de blesser les bois et de récolter des matières étrangères.

Si elle permet d’être plus réactif, de récolter à parfaite maturité et d’empêcher que le raisin ne pourrisse sur pied, elle peut aussi apparaître comme un procédé brutal qui n’est pas recommandé à tous les cépages et à tous les vignobles. Alors que la vendange manuelle peut s’adapter à n’importe quel terroir même des vignobles particulièrement difficiles à travailler (pente, haute densité, cépages sensibles), la mécanique, elle, doit être la solution idéale à un terroir particulier.

Les cépages dits résistants constituent des candidats parfaits pour la vendange mécanique. C’est notamment le cas du Cabernet Sauvignon, très présent dans notre vignoble, qui est caractérisé par sa peau épaisse et sa capacité à se détacher facilement de la rafle.

Enfin, il ne faut pas négliger l’intérêt économique d’une telle méthode. Plus rapide, nécessitant moins de main d’œuvre et permettant de vendanger la nuit, elle constitue un attrait budgétaire considérable.

Depuis leur apparition, la mauvaise réputation qualitative des vendangeuses mécaniques perdure.

Cependant, l’Institut Français de la vigne et du vin (IFV) constate que bien maîtrisée et préparée (aussi bien au vignoble qu’en cave) la vendange en machine donne d’aussi bons résultats que la vendange manuelle. N’étant pas forcément adaptable à toutes les situations, la vendangeuse est un bon complément de la vendange à la main.

A l’Arjolle on opte pour des vendanges manuelles ET mécaniques. 

Et ceci dit, d’être à la vigne c’est très sympa, c’est le moment fort de l’année, avec plein de rencontres, de repas animés & de convivialités !!

A l’Arjolle, tout commence à la vigne, tout fini par un repas de famille…

Partagez cet article !Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest