Labels et certifications sont le reflet d’un état d’esprit,

d’une philosophie.

Le souci de préserver notre environnement, produire des vins proches du Territoire et du terroir ou encore gérer le domaine de façon durable, ne relève pas d’un effet de mode. Nos différents engagements d’hier à aujourd’hui ont pour objectif d’améliorer notre démarche de qualité, du sol au produit final.

Nous ne pouvons envisager notre avenir sans nous soucier de nos sols, de la biodiversité, de la santé de l’homme ou encore de la gestion des déchets.

Le domaine de l’Arjolle est conduit en viticulture durable, certifié Terra Vitis depuis bientôt vingt ans. Une démarche éco-responsable qui tient compte de l’exploitation dans son ensemble.

« Terra Vitis, c’est quoi ? »

Il faut le dire c’est encore une certification qui manque de communication & de visibilité en France caché par certains labels très marketer… Terra Vitis n’apporte donc pas davantage de notoriété pour le vigneron. Cependant certains pays (Europe du Nord, Japon, Canada, Etats-Unis) sont plus sensibles à ce gage de qualité que le marché français.

La fédération Terra Vitis, fondée en 1998 dans le Beaujolais, compte aujourd’hui plus de 500 adhérents en provenance de toutes les régions viticoles. Elle est la certification de viticulture durable reconnue par le Ministère de l’agriculture. Un domaine certifié Terra Vitis se voit d’emblée attribuer le niveau 2 de Haute Valeur Environnementale. De plus elle est dédiée à la filière vigne, et adaptée aux différentes régions et vignobles.

« C’est quoi une viticulture durable ? »

Une viticulture qui intègre protection de l’environnement, respect de la santé et viabilité de l’entreprise. Terra Vitis permet l’utilisation de produits d’origine minérale, en s’autorisant, quand de besoin, l’utilisation de produits de synthèse afin d’assurer la durabilité de l’exploitation.

Le cœur du cahier des charges est la justification des interventions en fonction des avertissements et des comptages des ravageurs. L’objectif étant de la minimiser et de la réduire. Le vigneron n’intervient qu’après une visite dans sa vigne et si nécessaire. Cela peut paraître évident mais ça ne l’est pas pour tout le monde… En effet la viticulture Terra Vitis est basée sur l’observation. Muni d’une loupe, le vigneron adhérant examine ses parcelles, à la recherche de symptômes de maladies. Il comptabilise le nombre de ravageurs et d’auxiliaires de la vigne, ces toutes petites bêtes qui éliminent les ravageurs, avant de décider de la conduite à adopter.

** L’intervention chimique (au bon moment, avec une bonne pulvérisation) se raisonne en évaluant le risque par rapport au bénéfice.

Pour mesurer la pertinence du label et rassurer le consommateur, l’association réalise chaque année des analyses de résidus dans les vins. Les analyses sur nos vins n’ont montré aucune trace de ces produits.

« Il y a donc utilisation de produits à la vigne ?! »

Mais l’engagement Terra Vitis ne se limite pas à la maîtrise des intrants naturels (bio) & de synthèse. En effet, le cahier des charges exige aussi à respecter et favoriser l’autorégulation qui se crée entre la vigne et son environnement. Pour cela il s’agit de s’engager à privilégier les mécanismes naturels de régulationaccroître la diversité biologique dans les parcelles et leurs alentours (haie, enherbement, pré, fossé) ou encore améliorer la qualité de l’eau, de l’air et du sol viticole (analyse des sols, plans de fumure et recyclage des déchets). 

« La biodiversité, qu’est ce que c’est ? » 

Pour préserver au mieux son patrimoine, il faut en avoir la connaissance. Le Syndicat des Côtes de Thongue a mis en place un projet collectif et volontaire de prise en compte de la biodiversité et de la qualité de l’eau dans les exploitations viticoles. C’est l’outil Biodiv’eau. Innovant, il a été élaboré avec les vignerons, pour les vignerons.

Lancée depuis 2011, il consiste dans un premier temps à établir un diagnostic terrain du vignoble afin d’identifier les espèces et unités environnementales présentes. La deuxième étape consiste à enregistrer et synthétiser les données pour ​ensuite améliorer l’habitat naturel des espèces vivantes. Cette amélioration au domaine passe par : l’entretien des abords de parcelles, la création de mares, la plantation de haies, d’arbres et d’arbustes ou encore la mise en place de bandes enherbées. Un outil qui permet d’avoir une vue d’ensemble de notre exploitation et de se rendre compte des zones ayant une valeur écologique forte.

La France se bloque sur la question des produits phytosanitaires. Cependant une viticulture durable est un mode d’exploitation qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. La démarche est double prenant en compte un volet environnemental et un volet social, une question éthique. Pour renforcer ce pilier sociétal, le domaine est certifié ISO 14001 depuis l’année dernière. Une norme plus globale qui consolide la démarche. Elle comprend le vignoble jusqu’à la bouteille en passant par les salariés de l’entreprise, la sécurité ou encore les matières premières utilisées.

« Viticulture durable ou biologique, au final, le but est le même, mais les moyens sont différents »

Il existe différents moyens d’implications du vigneron pour s’orienter vers une viticulture respectueuse de l’environnement & du consommateur.

La démarche Terra Vitis est bien plus qu’une certification. C’est avant tout une philosophie que l’on ne peut que saluer et qui s’inscrit parfaitement dans les nouvelles exigences du Grenelle 2 de l’environnement.

« Un signe local qui en dit long sur la qualité, ça existe ? »

Le dernier signe visible sur la contre étiquette de nos bouteilles est le label Sud de France, la marque de l’Occitanie. Un logo officiel qui regroupe les signes officiels de qualité AOP, AOC, IGP et label rouge en Occitanie. La région compte aujourd’hui 59 AOP et 34 IGP pour les vins. Le domaine est en Indication Géographique Protégée Côtes de Thongue. L’IGP désigne un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule sa production ou sa transformation dans des conditions précises contrôlées par l’INAO.

Une belle façon de proposer au consommateur des produits de la région, et de partager les saveurs de l’Occitanie. L’esprit et l’objectif de ce label est d’assurer un avenir durable à la région Occitanie dans le monde entier.

 

Merci d’avoir pris le temps de nous lire 🙂

N’hésitez pas à nous faire un retour par mail ou via l’Arjolleclub sur facebook ici.

Vous pouvez également vous inscrire à la Newsletter sur ce lien.

Partagez cet article !Share on Facebook
Facebook
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest